Le récit de mon accouchement #2

La césarienne tant redoutée

Dans mon article précédent, je t’expliquais pourquoi je m’étais rendue à la maternité alors qu’aucun signe ne présageait d’un accouchement. Suite aux nombreux monito, ils ont finalement décidé de me déclencher et 8h après la pose du tampon, toujours rien…

Il est 20h, l’heure du changement d’équipe. Le gynéco, les sages-femmes du bloc obstétrical de jour et de nuit et la sage-femme du service qui s’est occupée de moi (oui, j’avais marqué les esprits, tout le monde voulait me dire au revoir et bon courage ^^) viennent prendre des nouvelles et surtout rendre leur verdict. La sentence tombe, le monito (sur le peu qu’ils ont dû voir vu les déconnections…) ne montre toujours pas de résultats positifs et surtout, pour le peu de contractions que j’ai pour le moment, le cœur de ma petite crevette commence déjà à vaciller un peu. Nous n’avons pas le choix, nous partons en césarienne.

hospital-391746_1920

Crédit photo : Pixabay

 

A ce moment-là, je m’effondre dans les bras de mon mari. J’en veux au gynéco qui pour moi fait plus ça pour son confort personnel que pour la sécurité de mon bébé… C’est dur, très dur à vivre. Heureusement, mon homme peut me suivre au bloc et part se préparer. Je me prépare également, j’ai le temps de prendre une douche de Bétadine et d’enfiler leur magnifique blouse. Personne ne m’explique rien, non pas que j’en ai besoin car je connais le déroulement d’une opération et le fonctionnement d’un bloc. J’aurais juste besoin de soutien mais non, la sage-femme de nuit a disparu. C’est finalement le gynécologue que je détestais tant qui vient prendre de mes nouvelles, me remonter le moral et me rassurer.

Je pars au bloc à pied, en chaussons et m’installe seule sur la table en remettant mes chaussons à l’aide-soignante. C’est vraiment une anecdote mais j’avoue que je trouve ce mode de fonctionnement très déroutant. Le bon côté, c’est que ça me permet de mieux appréhender les choses et de ne pas moins stresser. L’anesthésiste arrive pour me poser la rachis-anesthésie. A ce moment, il me demande ma carte de groupe sanguin… On ne m’a pas dit de la prendre alors que j’avais bien demandé s’il manquait quelque chose avant de descendre et il la faut absolument. Je dois donc expliquer par l’intermédiaire de l’infirmier anesthésiste à Monsieur Bob où la trouver. J’ai peur qu’il n’arrive pas à temps pour la césarienne. L’anesthésiste est génial. Il sait me détendre, blaguer. La sage-femme me demande de faire le dos rond et de ne pas bouger très froidement, vraiment, je ne l’aime pas celle-là… L’anesthésiste fait un travail d’orfèvre. Je ne sens absolument rien, c’est juste désagréable lorsqu’il insert le tube, ça me donne envie de mordre la sage-femme même si je me retiens !!

Je leur répète 15 fois de ne pas commencer sans Monsieur Bob. Le gynécologue ma rassure. Monsieur Bob revient enfin et l’intervention commence. (Pour l’anecdote, ils avaient commencé avant l’entrée de Monsieur Bob dans le bloc et ce dernier a donc vu des choses qu’il n’aurait jamais dû voir… Ca, bien sûr, je l’apprendrai bien après ! Conclusion : toujours baisser les yeux en entrant dans un bloc.) L’anesthésiste continue à ma raconter des blagues. Tout se passe bien. Il est 20h48, ma crevette est née. Elle se prénomme Tess. On me la montre rapidement, je ne réalise pas. Monsieur Bob non plus car je dois lui demander à 2 reprises de la suivre. La suite n’est pas très agréable, j’ai l’impression qu’on me retourne mes entrailles dans tous les sens. J’ai envie de vomir mais l’anesthésiste à la bonne idée (de prendre la place du papa) d’utiliser le brumisateur, ça va beaucoup mieux. Je me concentre sur les pleurs de mon bébé à côté. J’apprends qu’elle pèse 2kg755 pour 49 cm.

Et là, j’ai la plus merveilleuse des surprises à laquelle je ne m’attendais vraiment pas. Monsieur Bob revient, accompagné de la puéricultrice et surtout de Tess. On me la pose sur moi, je suis encore en salle d’opération avec 6 inconnus mais nous ne sommes plus que 3 à mes yeux. J’ai la chance malgré cet accouchement en urgence de faire du peau à peau avec ma princesse, de profiter de la tétée de bienvenue, de la regarder, la découvrir et de regarder mon homme devenir papa. Ces longues minutes resteront les plus belles.

Après avoir été recousue, on me lave et je bouge déjà mes jambes. Ma crevette part m’attendre en salle de réveil avec son papa. Le gynécologue m’explique alors que j’ai eu le meilleur accouchement possible pour moi et le bébé : Tess avait le cordon 2 fois autour du coup, le liquide était méconial et le placenta n’était plus de bonne qualité. Dans tous les cas, nous aurions fini en césarienne mais dans de moins bonnes conditions.

Aujourd’hui, je suis la plus heureuse des mamans. Même si j’ai l’impression d’être une usurpatrice de ne pas avoir accouché par voie basse et surtout de ne pas savoir ce qu’est une contraction, je suis contente de mon accouchement. Jamais je n’aurais pu imaginer profiter des premiers moments de ma fille dans ces conditions. Je voudrais donc te dire à toi qui va avoir une césarienne ou à toi qui en a peur, une belle surprise t’attend peut être au bout de l’aventure mais ce qui est sûr c’est que dans tous les cas, tu repartiras avec le plus beau des trésors.

Et toi, tu as eu une césarienne ? Tu en gardes malgré tout un bon souvenir ? Comment s’est passée la rencontre avec ton bébé ?

Publicités

17 réflexions sur “Le récit de mon accouchement #2

  1. J’aime les histoires qui se finissent bien et qui en plus peuvent rassurer les autres mamans 🙂 ! C’est super que malgré la césarienne et ne déclenchement tu aies pu avoir une jolie rencontre. De mon côté pour ce bébé comme pour le premier j’ai des contractions des le second trimestre alors c’est difficile de me projeter 😉 .

    J'aime

    • C’était une grande surprise pour moi aussi cette jolie rencontre car ça ne m’avait pas du tout été expliqué comme ça.
      Et effectivement difficile pour toi de te projeter avec des contractions si tôt! Je pensais tellement vivre la même chose que toi avec ma maman qui a eu des grossesses difficiles mais en fait ça a été tout l’inverse 🙂

      J'aime

  2. Oh, il est très émouvant ton récit. Moi j’ai tout fait pour me passer de césarienne mais si j’avais été dans ton cas, je ne pense pas que je l’aurais si mal vécu. L’anesthésiste avait en effet l’air super. Ta fille a un très joli prénom 😊

    J'aime

    • Je garde un super souvenir de l’anesthésiste! Dommage que je n’avais pas son nom pour le remercier dans le questionnaire de sortie ^^
      Je ne m’attendais tellement pas à une césarienne avant même d’avoir commencé vraiment le travail que ça m’a perturbé. J’avais prévu des surprises pour le papa et rien n’a pu se passer comme prévu. J’étais déçue. Aujourd’hui ça va mais bon à refaire, je préfère éviter ce cas de figure!
      Merci pour le prénom de ma fille mais ce n’est qu’un pseudo pour le blog 😉

      Aimé par 1 personne

  3. C’est un beau récit et je suis sûre que ça peut rassurer des mamans qui ont peur de la césarienne ! J’espère que ce sentiment « d’usurpation » disparaitra, parce que finalement ton bébé tu l’as mis au monde malgré tout, et ton récit est tout aussi beau et émouvant que celui d’un accouchement classique (bon on pourrait m’accuser de parti pris hein, je fais partie des césariennes moi aussi mais avec l’option travail complet avant 😉 )

    J'aime

    • Merci 🙂 Je pense que ce sentiment disparaîtra après un deuxième enfant. Peu importe comment se passera l’accouchement, je pourrai faire « mon deuil » car ça sera sûrement le dernier. Pour le moment, cette seconde chance ne me permet pas encore de tout digérer je pense. Mais bon je ne le vis pas mal quand même 🙂
      Je pense que ta césarienne a sûrement du être plus difficile que la mienne avec le travail complet et la fatigue que cela implique!

      Aimé par 1 personne

  4. Je suis ravie que ça se soit si bien terminé! J’ai écrit un article il y a peu, j’ai échappé de justesse à la césarienne pour mon 1er accouchement! Si tu veux y jeter un œil … le titre est « si dans 45 min il n est pas né… »
    qu’elles aventures nous vivons!!

    J'aime

    • C’est épique à lire et de l’extérieur mais je crois qu’à ce moment là j’étais quand même à côté de la plaque moi ^^
      Mais oui, une belle fin heureuse 🙂

      J'aime

  5. Ouf, tout est bien qui finit bien! J’ai eu deux accouchements horribles qui ont tous les deux fini en césarienne…. Je compatis, crois-moi!

    J'aime

    • Oh je suis désolée pour toi! Malgré la césarienne, mon accouchement était quand même un moment heureux mais j’avoue qu’il me laisse quand même un petit goût amer!

      J'aime

  6. Pingback: Maman et émétophobe | Madame Bobette

  7. Pingback: Les richesses de mon cœur | Madame Bobette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s