Coupable de ne pas surprotéger?

Il y a quelques semaines, Tess est retournée faire un petit tour aux urgences pédiatriques. Comme il y a quelques mois, une chute, imprévisible, dans le salon, juste à l’endroit où il ne fallait pas tomber. Cette chute a eu pour résultat une plaie à l’arrière du crâne. Je ne te l’apprends sûrement pas mais quand on s’ouvre à cet endroit, ça saigne, beaucoup… J’étais seule avec elle, j’ai paniqué l’espace de quelques secondes puis j’ai pris sur moi pour la rassurer et essayer de contrôler la situation.

Je t’épargne notre soirée aux urgences, l’annonce des points de suture, l’interne qui n’a aucune patience et décide de la recoudre à vif, l’angoisse d’un éventuel traumatisme crânien (assez vite écarté), la détresse de Tess, la peur qu’on nous accuse de mal faire, la culpabilité des parents mais surtout d’une mère.

Une fois que mon mari m’avait rejoint, j’ai eu beaucoup de mal à gérer mes émotions. Je revivais la scène en permanence, je culpabilisais de ne pas avoir réussi à la protéger, je m’imaginais des fins beaucoup plus tragiques que celle que nous vivions. J’ai fondu en larmes, je n’ai pas réussi à rester dans la salle de suture pour soutenir mon bébé. Je me suis sentie si indigne d’être sa maman.

child-818438_1920

Crédit photo: Pixabay

2h plus tard, nous sommes finalement rentrés avec une petite fille qui pétait la forme. Nous l’avons surveillé pendant la nuit mais nous avons aussi beaucoup discuté et réfléchi.

Sommes-nous des bons parents? Protégeons-nous assez notre fille? Aurais-je pu éviter cette chute? Devons-nous changer notre manière d’élever nos enfants? Voilà autant de questions que nous nous sommes posés.

Nous avons réellement douté de nos capacités. Nous laissons beaucoup de libertés à notre fille. Elle est très dégourdie et autonome et je pense que c’est à la fois pour ça et parce que nous la laissons faire. Nous la laissons chuter, se relever, nous lui expliquons les dangers, nous sommes présents pour elle et nous lui faisons confiance. Nous n’avons pas sécurisé l’entièreté de notre maison car nous souhaitons qu’elle apprenne à vivre avec certains dangers, les comprendre, les appréhender et finalement les éviter. Ce jour-là, nous nous sommes trompés. Je l’ai laissé l’espace de quelques secondes pour vider le pot et sa petite chaise d’enfant inoffensive est devenue un danger pour elle.

Après cette épreuve, nous étions prêt à revoir tous nos principes, à éliminer tous les dangers, à rester en permanence derrière elle, à la surprotéger. J’ai culpabilisé, beaucoup. Pourquoi m’étais-je absentée 30 secondes de trop? Pourquoi est-ce que je ne l’avais pas gardé dans mon champ de vision? Nous en avons discuté plusieurs jours, j’ai même ressenti le besoin d’en parler autour de moi, pour comprendre, pour vérifier si nous nous trompions, pour éviter que cela se reproduise.

Et puis, tout le monde était unanime:

  • je n’aurais sûrement pas pu éviter la chute même en étant à côté,
  • je ne peux pas tout lui interdire et l’empêcher de grandir, se développer, se dégourdir,
  • notre maison n’est pas le lieu de tous les dangers (du moins pas plus qu’une autre),
  • c’était un malheureux accident,
  • la surprotéger n’est pas la solution.

Alors oui, aujourd’hui, je culpabilise toujours un peu. J’ai même souhaité vous en parler sur instagram pour avoir vos conseils mais finalement je l’ai à peine abordé, la culpabilité étant trop forte. J’hésite même aujourd’hui à publier cet article…

Nous n’avons finalement pas changer notre mode de fonctionnement. A notre sens, la surprotection n’évitera pas le danger, on le repousse juste à plus tard car nous ne pourrons pas toujours être là. Nous protégeons notre fille au mieux que nous pouvons. Je veille chaque jour à éviter un accident domestique mais nous la laissons grandir, tester, être autonome, se développer… le plus en sécurité possible, en dialoguant beaucoup et en lui faisant respecter les limites que nous lui fixons.

Je ne suis toujours pas certaine aujourd’hui que ce soit le meilleur des choix mais nous sommes au moins sur la même longueur d’onde avec mon mari. Si vous avez des conseils ou déjà été confrontés à ce genre de situation, n’hésitez pas à me faire part de votre expérience.

Publicités

37 réflexions sur “Coupable de ne pas surprotéger?

  1. Pingback: Passer du lit bébé au lit de grand #ROUND 1 | Madame Bobette

  2. Je découvre ton blog grâce à la citation de papa ratatam dans son dernier article ou j’apparais aussi! Et d’ailleurs l’article qu’il a mis en avant devrait te parler: je raconte comment j’ai (sciemment ) laissé tomber mon fils dans la rivière 😉 ( si jamais tu veux lire, c’est ici: https://happymenagerie.fr/laisser-les-enfants-apprendre-de-leurs-experiences/)

    Je suis fondamentalement persuadée que nous ne pouvons pas protéger nos enfants et que, pire, rtop protéger revient à ne pas les protéger du tout!! Une personne nous formant aux gestes des premiers secours pour bébés et enfants nous indiquait que la grande majorité des interventions auxquelles elle participait dans les cuisines concernaient des enfants que l’on avait « protégés-exclus » depuis petit de la cuisine… CQFD.

    Et pour le fait de recoudre à vif… comment dire…. C’est juste pas possible. C’est de la torture. ON NE PEUT PAS FAIRE CA A UN ENFANT BORDEL! Tu en as informé l’hopital?

    Aimé par 1 personne

    • J’ai lu ton article que j’ai bien apprécié. Je pense que je suis un peu dans le même état d’esprit sans m’en rendre vraiment compte. Mais il faudrait peut être que je pousse un peu plus. 😉
      C’est très intéressant ton retour sur la formation aux gestes des premiers secours! Et ça me conforte vraiment dans nos décisions.
      J’ai aussi été choquée sur le fait qu’il l’ait recousu à vif. Mais ça ne m’étonne pas de l’interne qui était très condescendant… Il n’avait rien à faire avec des enfants (et limite il devrait rester qu’avec des patients endormis au bloc…) D’après mon mari, elle n’a pas eu vraiment mal car la zone devait être engourdie mais quand même… Je n’en ai pas parlé par la suite à l’hôpital mais c’est vrai que j’aurais peut-être du! Avec le recul, il était vraiment nul car nous n’avons même pas eu d’information (nb de points, fil résorbable?, à retirer quand?, conduite à tenir…). Nous avons du les demander à l’interne en pédiatrie qui elle était top et s’est sentie bien bête quand elle a du aller rechercher son collègue dans un autre service.
      A très vite!

      J'aime

      • Oui c’est possible qu’elle n’ait pas eu trop trop mal, je crois qu’à la tête c’est pas très sensible (pas bcp de nerfs)… mais bon… c’est super moyen quand meme! Au pire y’a du protoxyde d’azote!
        Ravie que mon article t’ai plu.
        Tu vas voir, tu vas t’adapter à ta fille aussi. C’est ça l’important. Tu pousseras plus loin quand elle sera plus grande!

        Aimé par 1 personne

  3. Ici aussi on essaie de ne pas trop surprotéger. Ils s’égratignent en jouant c’est normal. On fait un gros bisou magique. Mais on tente d’éviter les accidents domestiques. Mais une seule seconde d’inattention suffit alors jamais je n’irai blâmer des parents pour un accident

    Aimé par 1 personne

  4. Pour t’aider à déculpabiliser : lorsque Ririe a fait une chute en arrière à 2 ans 1/3, tombant en arrière sur la plinte du lave vaisselle et s’ouvrant la tête, nous étions tous les deux dans la pièce et son père venait de lui dire de ne pas se balancer…
    Là aussi urgence et points de suture… avec le 2d BB en pyjama qui n’arrivait pas à s’endormir dans sa poussette… et une réaction désagréable au gaz hilarant (j’aurais préférée qu’on la recouse à vif, cela aurait été plus facile.
    Les accidents arrivent.
    J’espère qu’elle va bien désormais

    Aimé par 1 personne

    • Bah tu vois, finalement, c’est un peu le même genre de chute qu’a fait Tess… La première fois, j’avais mal supporté la voir avec le gaz hilarant mais là, j’avoue qu’à vif ça m’a fendu le cœur pour elle même si elle n’a pas réagi plus vivement qu’elle ne le faisait déjà. Heureusement, tout va pour le mieux aujourd’hui! Les accidents arrivent mais j’espère qu’on ne va pas prendre un abonnement car pour le moment ça commence à faire beaucoup en si peu de temps.
      A très vite!

      Aimé par 1 personne

    • J’ai aussi pensé à ton article en écrivant ces quelques lignes et en vivant tous les questionnements que nous nous sommes posés 😉 Je crois que finalement, même quand on croit avoir fait nos choix sur ce sujet, on peut vite être bousculé dans nos idées!
      A très vite!

      J'aime

  5. Je suis bien désolée de lire ces lignes. J’imagine à quel point tu as dû flipper, angoisser… Je te fais plein de câlins virtuels. Non, tu n’es pas coupable de ne pas la surprotéger. Il faut les laisser vivre, on ne peut pas tout contrôler. Enfin, si, je connais certains parents qui le font et franchement, leurs enfants ressemblent à des assistés et n’ont aucune initiative. Leur laisser un peu de liberté, c’est prendre le risque de se planter quelques fois. C’est la vie. Tu es une super maman, n’en doute pas un seul instant.

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup ma belle! Oh oui, qu’est ce qu’on a eu peur… Ton commentaire me conforte dans nos choix et me fait beaucoup de bien 🙂 Je veux tellement que ma puce soit autonome et croque la vie à pleines dents!
      A très vite!

      J'aime

  6. Bon moi j’avoue que je ne suis pas toujours très prudente. L’autre jour j’ai retrouvé mon un an en train de manger une craie. Une autre fois, je suis allée me faire un café, et je l’ai trouvé assis sur la table basse à mon retour. Et le nombre de petites choses que je lui ai déjà retiré de la bouche….(pas facile avec un ainé de trois ans qui a plein de petits jouets). N’empêche que le gros bleu qu’il a au milieu du front, c’est quand il escaladait mes jambes, qu’il était à porté de bras et qu’il a basculé tête la première. Même en surveillant, je ne suis pas toujours efficace. Quand je peux, j’essaie de le laisser tomber en accompagnant sa chute pour qu’il ne se fasse pas mal afin qu’il puisse apprendre à faire attention. En après de multiples descente du lit de son frère la tête la première, il descend désormais à reculons.
    Mais difficile de contrôler son petit tempérament de cascadeur qui observe bien son grand frère faire tout un tas de trucs rigolos (mais oui, mets toi donc debout sur les accoudoirs du canapé, toi qui sais à peine marcher….)

    Aimé par 1 personne

    • Je vois très bien ce que tu dis! Je me rapproche finalement plus de toi que de quelqu’un qui sécurise tout. Je pense que c’est aussi dû au tempérament de l’enfant. Tess est aussi une sacrée cascadeuse qui n’a pas froid aux yeux alors ça ne facilite pas sa prudence 😉
      A très vite!

      J'aime

  7. Je comprends ta panique et ton stress. La culpabilité de ne pas avoir pu éviter. Mais La surprotéger ne l’aidera pas pour l’avenir. Elle a besoin de faire ses expériences et de se fabriquer ses certitudes (sans accident évidemment). Si vous la surprotégez et qu’un moment vous n’êtes pas là, elle pourra être encore plus perdue. Heureusement, tout va bien pour elle maintenant.

    Aimé par 1 personne

    • C’est exactement ce qu’on se dit également. Le problème c’est aussi qu’elle n’a pas froid aux yeux et c’est une vraie casse-cou… Mais bon à force de répéter et tester, ça finira par rentrer, j’espère… 😉
      A très vite!

      J'aime

    • Tu as tout à fait raison et c’est une belle philosophie de vie! Je suis encore plus vigilante depuis mais sûrement pas encore assez! Tant pis, je ne peux pas tout lui interdire 😉
      A très vite!

      Aimé par 1 personne

  8. Ici aussi on a eu notre lot d’accidents, pour un en particulier je culpabilise encore ….et pourtant j’étais/ je suis plutôt du genre à tout sécuriser cache prise, meuble fermé avec sécurité enfant, entrebâilleur de fenêtre avec clé, embout arrondi pour les coins de meuble pointus, barrière de sécurité pour la cuisine, on a changé pas mal de meubles, malgré tout ça on a eu des incidents….

    Aimé par 1 personne

    • Ah oui, en effet, tu sécurises énormément, je suis loin d’en être là chez moi! Les accidents arrivent finalement partout et on culpabilise toutes… Il faudra qu’un jour on arrive à accepter que nous ne sommes pas infaillibles 😉
      A très vite!

      J'aime

  9. Oh ma pauvre je comprends tellement ta détresse ! J’ai eu plusieurs moments de panique comme ça pour mon aîné, je t’en ai déjà parlé je crois : une fois il a joué avec le déodorant des toilettes, j’ai vraiment craint l’intoxication. Et puis il y a eu cette malheureuse chute sur la table basse, et cette cicatrice qui me nargue tous les jours depuis juste au dessus de son sourcil. J’ai été très mal aussi après la chute, vraiment, et bien sûr je regrette aujourd’hui encore cette cicatrice. Mais je ne culpabilise plus. Des enfants et des adultes avec des cicatrices, il y en a partout. Un accident, par définition, c’est quelque chose d’imprévisible. Une chute d’autant plus. Et ça arrive à tout le monde – à tous les parents, tu n’as qu’à en parler autour de toi. C’est juste qu’on ne s’en vente pas trop évidemment 😉 .

    Aimé par 1 personne

    • Tu m’avais effectivement parlé de sa chute. Tess a maintenant aussi une cicatrice sur le sourcil… J’espère quand même qu’à force cela s’estompera même si ça ne la défigure pas non plus, heureusement! Sa nouvelle cicatrice sera dans les cheveux donc ça m’inquiète moins pour l’esthétique ^^ Et tu as tellement raison, on a tous nos marques de guerre 😉 Mais c’est tellement dur de ne pas culpabiliser dans ces moments même si aujourd’hui, j’arrive quand même à prendre plus de recul.
      A très vite!

      J'aime

  10. Qu’est-ce que vous avez du avoir peur ! C’est bien suffisant, pas besoin, en plus, de culpabiliser… Je pense qu’il faut bien laisser les enfants un minimum libres de leurs mouvements, non ? Et il est impossible d’etre vigilant 100% 24/7. Notre cornichon de 1 an est passe plusieurs fois a cote de tres gros bobos, et a chaque fois je me suis dit omg, j’aurais du faire attention. Mais je fais deja de mon mieux, et je refuse de lui interdire tout sous pretexte de sécurité…

    Aimé par 1 personne

    • Je suis tellement d’accord avec toi, mais c’est vrai que dans ces moments-là, on remet un peu tout en question. Pour finalement revenir à notre idée de départ (bien que je soit un peu plus vigilante sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte). J’espère qu’on en a fini définitivement avec tous ces points de suture… Grrr
      A très vite!

      Aimé par 1 personne

  11. Alors si ça peut te rassurer, ma fille a fait deux chutes d’escalier un peu impressionnantes, mais sans gravité. Et une petite chute de canapé qui s’est terminée aux urgences, car dans sa chute, ma fille a entraîné un verre qui n’aurait jamais dû se trouver là, qui s’est cassé et bien évidemment, elle s’est coupé la tempe !
    Mais ce sont des choses qui arrive et au final, rien de vraiment grave.
    En revanche, la majorité des accidents domestiques sont dus à une hyper sécurisation et un jour, la sécurité n’est pas là et c’est à ce moment que le drame se produit.
    Il faut apprendre à nos enfants ou sont les dangers sans tout chercher à trop sécuriser, c’est comme ça qu’ils apprennent. Et non pas en faisant en sorte qu’il n’y ait aucun danger.
    Je comprends ta crainte, mais sache que surprotéger ta fille, ne la protégera que de manière superficielle et certainement pas des vrai danger, car elle ne saura pas les répéter elle-même.
    Aller, respire un grand coup 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ca me fait du bien de lire que ça arrive à tout le monde 🙂 Je ne savais pas pour les accidents domestiques! Ca me conforte dans notre manière de voir les choses. Merci à toi et à très vite!

      Aimé par 1 personne

  12. Je comprends ta détresse et ta culpabilité lors de cet accident. Mais il s’agit bel et bien d’un accident, qui aurait pu arriver à n’importe qui. Un jour, alors qu’elle était beaucoup plus petite, ma fille est tombée dans les escaliers. Elle était sous la surveillance de mon mari, il l’a quittée des yeux deux secondes et elle a dégringolé quelques marches. Nous avions mis une barrière à la porte de sa chambre mais pas au début de l’escalier. Grosse erreur! Bien sûr nous avons culpabilisé et j’en ai même voulu à mon mari, mais heureusement après un passage de quelques heures aux urgences, nous avons constaté que ma fille était en parfaite santé! Ouf! Je suis une mère très protectrice, je n’y peux rien, c’est dans ma nature. Je pense que j’ai été élevée ainsi aussi. J’ai souvent peur pour ma fille et je lui dis « attention » dix fois par jour, mais j’essaie de me contrôler et de ne pas lui transmettre mes craintes. Nous faisons de notre mieux mais nous ne pouvons malheureusement pas tout éviter. Ma fille s’est souvent fait mal dans la cour de récréation, un endroit où je ne peux pas la surveiller. Je me dis qu’au final, c’est la vie. Je suis moi aussi tombée plusieurs fois et je suis toujours entière! L’important, je pense, est de leur inculquer les bases essentiels, faire attention en traversant la route, ne pas courir au bord d’une piscine, toujours donner la main lorsqu’il y a des voitures à proximité, etc. Bref, ne culpabilise pas trop. Nous faisons au mieux!

    Aimé par 1 personne

    • Tu as finalement bien résumé « C’est la vie! ». Mais bon parfois, on préfèrerait éviter quand même surtout quand on s’imagine que ça aurait pu être bien plus grave. Je ne me sens pas surprotectrice. Tess tombe régulièrement et comme ça ne m’inquiète pas, elle s’en plaint finalement très peu. Si elle pleure, on sait que c’est un peu plus sérieux quand même 😉
      A très vite!

      J'aime

  13. Je crois que c’est surtout ton entourage qui a raison dans l’histoire…Tu ne pourras pas être toujours derrière elle, et ça ne serait pas souhaitable pour elle, il faut qu’elle évolue par elle-même dans un milieu normal, et je suis sûre que vous n’avez pas une maison à pièges! Tu n’aurais sans doute pas pu éviter cet accident, heureusement il se finit bien, mais même si ça n’avait pas été le cas tu n’aurais rien eu à te reprocher! D’ailleurs ça aurait pu sans doute se passer n’importe où, tu n’es aucunement en cause je crois.

    Aimé par 1 personne

    • Au fond de moi, je sais que tu as entièrement raison. Mais je peux t’assurer que si ça ne s’était pas aussi bien fini, je m’en serais voulu peu importe ce que d’autres aurait pu dire. Et je pense même pouvoir dire que mon mari m’en aurait sûrement voulu également même s’il sait que je n’aurais pas pu faire plus. Cela aurait été probablement le cas aussi dans le sens inverse… Je trouve ça terrible ce que j’écris mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti sur le moment en me perdant dans mes pensées et mes réflexions.
      Aujourd’hui je prends du recul et je sais que nous faisons certainement les bons choix. Merci d’ailleurs pour tout vos commentaires qui m’y aident 🙂
      A très vite!

      J'aime

  14. je me suis souvent posée la même question, d’autant plus que les grands-mères ne cessent de me faire culpabiliser sur le thème « non mais ça va pas, tu la laisse faire ça, tu ne vois pas le danger ».
    Peut-être que par moment je ne le vois pas.
    Peut-être aussi que le danger est partout et qu’on ne peut pas les mettre sous cloche. Nous ne pouvons pas avoir les yeux sur eux 24h/24. Alors il faut les laisser faire leurs expériences en posant des limites (qu’ils essaieront de franchir…)

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton témoignage ! C’est vrai qu’une des grands-mères a tendance à réagir très vite comme ça aussi. Je me pose parfois des questions mais je pense qu’elle a besoin d’expérimenter (raisonnablement) pour s’épanouir.
      A très vite !

      J'aime

  15. La surprotection n’empêche pas le danger ! On ne peut pas mettre l’enfant sous cloche ou l’envelopper de papier bulle …
    Les bobos, comme me disait ma grand-mère « c’est le métier qui rentre ». Il y a des bobos plus impressionnants que d’autres.
    Je comprend ta culpabilité, elle aurait pu tombé 5 cm plus loin sans rien se faire … Donnons le droit de laisser vivre les enfants (sous notre regard bienveillant, mais parfois oui ce regard est détourné par le quotidien, il reste toute de même toujours là, du coin de l’oeil)

    Aimé par 1 personne

  16. Je comprends tes doutes, j’aurais eu les mêmes à ta place mais comme tu dis, la surprotection n’évite pas le danger et cette chute aura très bien pu avoir lieu en ta présence.
    Ma Louloutte prend aussi pas mal de risques en ce moment et me stresse un poil mais j’ai beau expliquer, interdire, rien n’y fait. Je sens qu’elle a besoin d’expérimenter pour grandir et ce n’est pas simple de poser les limites…

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton témoignage. En te lisant, je me rends compte que j’avais besoin d’en reparler avec vous.
      Ici aussi c’est très difficile de lui poser des limites qu’elle respecte, surtout avec moi… Après, depuis sa chute, on arrive quand même à la rendre un peu plus raisonnable selon les dangers, heureusement!
      A très vite!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s