L’école, c’est pas tout rose

Voilà plusieurs semaines que j’ai envie de vous écrire au sujet de la première rentrée scolaire de Tess en petite section de maternelle. J’avais toutefois décidé d’attendre, histoire de prendre du recul, toussa toussa…

Et puis en fait, voilà, un mois après la rentrée, j’ai encore pleuré ce matin après avoir laissé Tess au bord du désespoir dans sa classe… Je ne vous expliquerai donc pas comment nous avons réussi une super rentrée scolaire, comment Tess a fini par s’épanouir au milieu de ses petits camarades, ni comment la maitresse est exceptionnelle… A vrai dire, je viens plutôt vider mon sac, chercher un peu de réconfort et des pistes pour améliorer les choses.

Jamais nous ne nous serions imaginés de telles difficultés. Tess a l’habitude de la séparation, elle est en nounou depuis ses 3 mois, part souvent en weekend à droite ou à gauche et a même beaucoup apprécié le centre de loisirs au mois de juillet. Alors pour nous, l’école, ça allait être « finger in the nose ».

En réalité, la rentrée a été assez éprouvante. Beaucoup trop de monde au point de se faire marcher dessus, impossible pour les parents d’accompagner les enfants en classe même pour la première fois… On a laissé une petite fille le regard complètement vide et perdu au milieu d’anonymes dans une classe inconnue. Au premier abord, la maitresse ne faisait pas non plus très chaleureuse, plus à arracher les enfants des bras des parents qu’à essuyer des larmes en essayant de réconforter et expliquer. J’ose espérer qu’une fois tout le monde parti c’est bien différent. Finalement, le soir venu, c’était pas l’extase mais j’ai eu l’impression que Tess validait. Bon, c’était sans compter le lendemain, surlendemain et les jours suivants où chaque matin s’accompagnait de pleurs et hurlements déchirants.

rainbow-1140420_1920

On a essayé de comprendre, de mettre des mots… Ce qui en ressort, c’est que Tess ne supporte pas le moment O-BLI-GA-TOI-RE de la sieste. 1h30 dans le noir, dans un petit lit à regarder le plafond, à attendre sans rien faire quand on ne dort pas. Aucune autre alternative! C’est comme ça, la maitresse s’occupe des grands donc les petits font dodo, point à la ligne, pas de dissertation ni argumentaire possible.

Certes, les pleurs ont fini par se calmer grâce au dialogue, la multitude de câlins, de bisous et de rituels mis en place. Mais chaque matin, alors qu’elle a encore les yeux fermés, elle nous répète sans cesse qu’elle ne veut pas aller à l’école car elle ne veut pas y faire dodo. C’est ça toute la matinée, tous les jours. Notre petite fille a perdu son sourire du matin pour une mauvaise humeur persistante. J’ai même l’impression par moment qu’elle perd sa joie de vivre toute la semaine pour la regagner le samedi midi jusqu’au dimanche en début de soirée… Ça me brise le cœur et je ne sais pas quoi faire. Elle vit dans l’espoir que ce soit le weekend.

Lors de la réunion de rentrée, nous avons essayé d’aborder le sujet mais nous avons bien senti que c’était peine perdue. L’un des objectifs de l’année est de leur apprendre à aimer l’école, je pense que c’est vraiment mal partie pour Tess. Lorsque je demande à la maitresse comment cela se passe, je n’ai pas vraiment d’information: ça va, elle a juste besoin d’avoir beaucoup d’activités… Voilà, c’est tout ce que je sais. Je me dis parfois qu’il faut que je retourne lui en parler, lui faire comprendre le vrai mal-être de Tess mais j’ai aussi peur de devenir la mère relou ou pire qu’on me fasse comprendre que c’est normal que ma fille pleure et tant pis pour elle, elle apprendra.

En attendant, ce matin, j’ai voulu tenter de raccourcir ce temps de rituel et de câlins… Ça n’a pas été du goût de Tess qui s’est mise à pleurer et hurler que je revienne… C’était sans compter sur la maitresse qui me l’a à nouveau presque arrachée des bras et empêchée de revenir vers moi… Cela faisait environ 2 semaines qu’on avait laissé les pleurs et le cœur brisé de côté pour le remplacer juste par une lassitude… Ce matin, tout nous revient en pleine face et les larmes viennent même en écrivant cet article. J’ai à nouveau l’impression de l’avoir trahie et peur d’avoir fait 10 pas en arrière.

Bref, je suis triste de devoir chaque jour abandonner ma fille, de la voir perdre sa joie de vivre, de ne pas avoir l’impression qu’elle puisse compter sur sa maitresse émotionnellement parlant, qu’on l’oblige à dormir dans l’angoisse alors qu’elle ne fait plus la sieste… Pour la petite fille que j’étais qui adorait l’école, c’est vraiment difficile et je ne sais plus comment l’aider… J’espère qu’on se lèvera un matin et que tout se sera envolé définitivement mais j’ai de plus en plus l’impression que ça ne sera pas pour cette année scolaire…

Tout ça pour dire, l’école, c’est pas tout rose!

43 réflexions sur “L’école, c’est pas tout rose

  1. Pingback: Pêle-mêle #4 – En ébullition | Madame Bobette

  2. Avez vous regardé pour un jardin d’enfants ? Super alternative à l’école maternelle classique, avec une toute autre écoute de l’enfant et de ses besoins… courage pour ces angoisses qui s’ajoutent au parcours PMA (Bonne chance d’ailleurs ! On croise les doigts pour un passage rapide dans ces services)

    Aimé par 1 personne

    • Je n’y ai pas du tout pensé!! Mais je me demande ce qu’il en est puisque l’instruction est maintenant obligatoire dès 3 ans…
      Je t’avoue que mon cerveau entre un peu en surchauffe en ce moment entre la PMA, Tess et tout le reste mais bon, j’essaie de prendre un jour à la fois et on verra bien 😉
      Merci à toi pour tes bonnes ondes 🙂

      J'aime

  3. Bonjour
    Ce récit est terrible et ne devrait pas se produire… comment peut on couper l’envie et le désir d’apprendre en collectivité ainsi…

    Il doit y avoir des réunions de conseil d’école j’imagine ? Faites remonter la problématique et poser une question simple : pourquoi les enfants ne peuvent ils pas faire un temps calme s’ils ne dorment pas ? Obligation de regarder des livres ou autre activité calme en autonomie.

    Pour mon fils lorsque la sieste était finie si d’autre dormaient ca devenait un temps calme…

    Bon courage….

    Aimé par 1 personne

    • Le conseil d’école c’est demain et j’y participe 😉
      Bon en vrai, je ne pense pas le faire remonter car j’ai encore espoir que cela s’améliore et de régler les choses moi-même. Si ça ne s’arrange vraiment pas, j’en parlerai à la prochaine réunion des parents d’élèves!

      J'aime

  4. Oh non, je suis triste de lire ça 😢 pauvre Tess …
    Je trouves ça tellement inhumain, ces classes de maternelle transformées en usine où parents et enfants n’ont plus le temps d’être écouté ou compris 😥
    J’espère que tu arriveras à discuter avec la maitresse 😚

    Aimé par 1 personne

    • J’avoue c’est dur la maternelle!! Je ne m’attendais pas à avoir autant de mal et à devoir prendre beaucoup sur moi… Je n’imagine pas ce que Tess doit ressentir également… Mais bon il y a un peu de mieux donc on va espérer que ça s’améliore encore d’ici quelques semaines 🙂

      Aimé par 1 personne

  5. Wow ton article me brise le coeur. J’ai lu beaucoup de post et articles à ce sujet cette année et même si ça ne nous concernera « que » dans 2 ans, ça me fait déjà peur. Je trouve ça si triste de déjà vivre dans cette attente du week end…
    Je n’ai du coup pas de solution à proposer mais je vous souhaite de mieux vivre les matins d’écoles en espérant que ce ne soit qu’une (longue) période d’adaptation

    Aimé par 1 personne

    • Ça va un peu mieux depuis peu même si ce n’est pas encore ça! Ne t’inquiète pas, chaque enfant réagit différemment et finalement, il y en a beaucoup pour qui tout se passe bien 🙂

      J'aime

  6. On a la chance ici que l’école commence tard, à 5 ans. Mais jusqu’à cette entrée à l’école, donc en garderie, les enfants font la sieste. Les éducatrices sont compréhensives, les laissent avoir une peluche, un jeu calme, etc, mais ça reste long quand même, y compris pour nous le soir car lorsqu’elles avaient fini par s’endormir à la sieste, elles n’avaient plus envie de le faire le soir! Tente une approche avec l’institutrice, mais si ça ne fonctionne pas, peut-être peux tu tenter de voir ce que tu peux faire avec Tess directement. Il y a toutes sortes de raisons pour lesquels certains enfants aiment moins l’école et je trouve – mais ça reste un avis très personnel – qu’il peut être utile d’aider l’enfant à travailler son adaptabilité et sa souplesse plutôt que de livrer toutes sortes de batailles à un corps enseignant surchargé de demandes et d’enfants. Il y a sûrement des choses qu’elle peut faire à titre individuel : profiter de ce moment pour rêver, imaginer des choses, peut-être peux-tu pratiquer un peu avec elle la méditation pour enfants (ils adorent souvent, même petits). Même les enfants qui ne dorment plus peuvent tirer bénéfice d’un temps calme en début d’après-midi.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton témoignage! Je suis tout à fait d’accord avec l’adaptabilité et la souplesse que doit travailler un enfant. C’est d’ailleurs ce qu’on essaie de faire. Je trouve que tes idées sont très bonnes et je ne vais pas hésiter à lui en parler la prochaine fois qu’elle s’en plaindra 🙂

      Aimé par 1 personne

  7. Bonjour, dur dur de sentir son enfant en souffrance dès le premier mois d’école…! Tess a vraisemblablement besoin d’être rassurée par la maîtresse pour se sentir mieux dans le contexte scolaire. Et, si cette dernière n’a pas forcément la possibilité de modifier l’organisation de l’après-midi et de la sieste (quoiqu’on en dise, il est probablement difficile pour elle de se dédoubler), il est de son devoir d’enseignante d’expliquer, de rassurer et de trouver des solutions si jamais le mal être de votre fille persiste au-delà des vacances de la Toussaint. N’hésitez pas à prendre rendez-vous quitte à passer pour la mère reloue comme vous dites. Qu’importe ce qu’ on peut penser. Il est important pour vous et pour Tess d’être écoutées…

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour votre commentaire. Je comprends effectivement la maitresse qui a besoin de temps pour chacun et qui ne peut pas gérer tout au cas par cas… Par contre, je pense en effet que rassurer n’est pas la qualité première de la maitresse… Mais bon, les choses se sont un peu apaisées même si c’est encore difficile. Je laisse le temps de se réhabituer au rythme avec le retour de vacances et je verrai ensuite pour revoir la maitresse!

      J'aime

  8. Alors j’ai mis « j’aime » mais évidemment ce n’est pas dans cet esprit que je t’aie lue. En tant que pro, ta description m’interpelle et à ta place, je demanderais un rdv avec la prof. C’est le gros problème de l’école: son manque de souplesse. Pour la sieste, il y a toujours des solutions. Que la maîtresse te l’arrache des bras ne me choque pas. On sait que plus on fait durer la séparation, pire c’est.
    N’hésite pas à m’écrire en privé.

    Aimé par 1 personne

    • Merci à toi 🙂 Ton article sur le sujet m’avait déjà fait beaucoup de bien 🙂
      Heureusement avec le temps ça s’améliore un peu même si c’est encore loin d’être ça… J’espère que le temps fera les choses car finalement il y a aussi des choses qu’elle aime à l’école!

      Aimé par 1 personne

  9. Non en effet… Pas tout rose… Et je comprends que ton coeur de maman se fende… Je vous envoie à toutes les deux plein de pensées… J’aimerai tellement que sa maitresse puisse entendre ce que tu lui dis… Pourquoi rester si butée sur des « consignes » quand elles ne conviennent pas aux enfants ? 😥 Courage…

    Aimé par 1 personne

    • Je me rends compte que l’école est bien plus rigide que dans mes souvenirs de petites filles… Ou bien ai-je eu de la chance petite? Je ne sais pas mais bon pour le moment ce n’est pas encore tout rose ici même s’il y a du mieux 🙂

      J'aime

  10. Je me revois il y a un an. Isaac a vécu un enfer à l’école les premiers mois car il n’était pas « propre ». Il a été littéralement harcelé et humilié par l’équipe enseignante. Le pauvre n’avait même pas 3 ans et venait de déménager !! Je le laissais la boule au ventre, et lui aussi. Les choses se sont tassées par la suite. Ce qui a aidé c’est qu’il a été cocooné par les grandes dans sa classe (classe à double niveau petits/grands).

    Mais effectivement, il y a largement de quoi dégoûter parents comme enfants de l’école. C’est un milieu tellement rigide où des enfants qui ont 1/3 de vie de différence (entre ceux de début et de fin d’année) doivent entrer dans le même moule, où chaque enfant doit faire pareil. On est très loin de la priorité sur les besoins de l’enfant.

    Pour la sieste, il y a eu le même problème dans la classe d’un de mes fils. Même réponse de la maîtresse: non les petits font des siestes. L’enfant en question était né le 2 janvier. La mère a fait remarquer que le plus petit de la moyenne section était né le 28 décembre et que donc la différence était minime. Mais non, le temps calme dans la bibliothèque c’est les moyens parce que c’est comme ça …

    En tout cas une cargaison de courage à vous deux. Essayez peut-être de prendre un vrai RDV avec la maîtresse ?

    Aimé par 1 personne

    • Je crois qu’on a un peu la situation que tu décris ici aussi… C’est dingue cette rigidité. Je croyais que ce double niveau petits/grands serait une bonne chose et finalement, je trouve presque ça rigidifiant… Heureusement, elle s’est fait des copines chez les grands aussi et ça l’aide un peu à apprécier un peu plus l’école… Bon , c’est pas encore ça mais on va y croire 😉

      J'aime

    • Le temps calme n’est pas une option pour le moment… Tess nous a encore dit cette semaine que la sieste c’était beaucoup trop long à l’école et que c’était mieux au centre car plus court…
      Heureusement, c’est un peu moins déchirant le matin même si c’est encore difficile!
      Merci à toi 🙂

      J'aime

  11. Ce moment est très dur pour nos coeurs de mamans, mais mes 2 filles ont suivi le même schéma la 1ere année, et pourtant ça c’est très bien passé à l’acole! Tous les matins, jusqu’à la première pause de Toussaint, elles pleuraient à chaudes larmes au moment de la situation. Peut être un peu moins brutalement, la maîtresse nous avait expliqué que les pleurs se calmant immédiatement lorsque nous étions partis, il ne fallait pas faire durer ce moment et « l’expédier » un peu – c’est ce que nous avons fini par faire (de toute façon c’était moins déchirant pour nous comme ça). Et puis, avec le temps, c’est passé! Et toutes 2 se sont parfaitement épanouies à l’école. J’espère qu’il en sera de même pour vous – bon courage, mais juste ce petit message pour te rassurer sur le fait que ça peut tout à fait passer et que ça ne veut pas forcément rien dire pour la suite ;o)

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton témoignage!! Tu me rassures beaucoup 😀
      On a vu une petite amélioration même si on est loin d’y aller avec le sourire encore aujourd’hui…

      J'aime

  12. J’ai mal au coeur en te lisant. J’imagine ta tristesse et ta culpabilité alors que tu n’y peux strictement rien.
    Ici aussi, sieste obligatoire pendant 2h. Je trouve ça extrêmement long pour les enfants qui ne dorment plus. Et la maîtresse a bien précisé à la réunion de rentrée qu’elle ne ferait aucune dérogation. Parce que sinon ils demanderont tous à se lever et beaucoup seront fatigués, dit elle. Je trouve ça vraiment dur et loin de respecter les besoins individuels des enfants. Et pourtant je trouve la maîtresse plutôt chouette par ailleurs. Moi, j’ai la chance de pouvoir récupérer Goyave le midi et donc de ne pas lui imposer ça.
    J’aurai aussi tendance à te conseiller de prendre rdv pour en discuter. Tant pis pour ce que la maîtresse peut penser, ta priorité c’est ta fille. Donc ça me semble valoir le coup d’essayer d’expliquer les conséquences sur son comportement et sa joie de vivre.
    Plein de courage pour gérer ça en tout cas.

    Aimé par 1 personne

    • C’est exactement ce que vit ma fille… Elle m’a encore dit cette semaine que c’était bien trop long la sieste… Heureusement, elle a retrouvé un peu de joie de vivre en se faisant des amis et en appréciant quelques activités. La maitresse nous a dit y faire un peu plus attention… Affaire à suivre, j’espère qu’on pourra bientôt la déposer avec le sourire!

      J'aime

  13. J’ai encore le souvenir de quand j’étais chez les petits et que je détestais aussi la sieste obligatoire, quel ennui, j’étais la première à me réveiller… Compliqué l’école 😕 j’espère que cela s’améliorera pour ta petite

    Aimé par 1 personne

    • Merci! Je crois que c’est exactement ce qu’elle vit en ce moment. Heureusement ça va un peu mieux mais ce n’est pas pour autant qu’elle apprécie ce temps de sieste, au contraire…

      J'aime

  14. Ici autant la rentrée en petite section du Choupi s’etait bien passé dans l’ensemble autant celle en moyenne section avait été très perturbante pour lui. A l’inverse de ta fille il avait super mal vécu l’arrêt de la sieste en MS et les absences et remplacements répétés des 2 maîtresses avaient fortement mis à mal son besoin de stabilité.
    Si tu es inquiète, je pense qu’il faut que tu en parles à la maîtresse, ne serait ce que pour lui faire comprendre ton ressenti et celui de Tess.
    J’espère que cela va vite s’arranger en tout cas.

    Aimé par 1 personne

    • Merci 🙂 Mon mari a eu l’occasion d’en parler un peu à la maitresse qui nous a dit qu’elle y ferait plus attention. Tess va un peu mieux même si ça ne roule pas encore comme sur des roulettes… Je lui fais confiance, lui laisse du temps et reste à l’écoute!

      J'aime

  15. Je suis tellement désolée et triste de lire cela. Cela me fait vraiment mal au cœur pour ta petite fille.
    Je trouve ça fous qu’en petite section la maîtresse ne soit pas plus empathique.
    Comme les précédents commentaires, j’attendrais après les vacances piur essayer de solliciter une discussion. Si elle ne dort pas, elle pourrait lui proposer un temps calme pendant la sieste.
    Je t’envoie tout mon soutien et j’espère que cela va vite s’améliorer.

    Aimé par 1 personne

    • Merci à toi! Ça s’est un peu amélioré même si c’est encore difficile. Je me dis qu’avec le temps, ça devrait aller… En tous cas, j’espère et on reste à l’écoute 🙂

      J'aime

  16. Ca me rend triste de lire tout ça.
    Pour la fille la sieste obligatoire, n’étais pas évident mais finalement elle dormais ce qui lui faisait du bien.
    As tu essayé de demander un rendez vous avec la maitresse pour parler de tout ça ?
    Sinon, tu peux aussi faire appel au psychologue scolaire et si vraiment tout ça n’avance pas, contacter l’inspecteur. Ça ne fait jamais plaisir et il faut bien peser le pour et le contre.
    Courage à toi et à ta puce.

    Aimé par 1 personne

    • Pour l’instant, je laisse encore du temps à Tess de s’adapter… La maitresse nous a dit qu’elle y ferait plus attention. Et je sais que la sieste ne lui ferait pas de mal vu ses yeux le soir… On va continuer à espérer qu’elle y aille prochainement avec le sourire! Mais bon, ça s’est déjà un peu amélioré, heureusement pour elle et pour nous!

      Aimé par 1 personne

  17. Tu n’imagines pas à quel point ton article fait écho à ce que j’ai vécu l’an dernier. Cela me rend triste pour toi et Tess. Si le seul et unique problème vient du fait que ta petite ne fait pas la sieste, peut-être pourrais-tu envisager de discuter avec la maîtresse de la mise en place d’un temps calme pour elle, par exemple, dans la classe ?
    Courage à toi.

    Aimé par 1 personne

    • Et tu n’imagines pas à quel point je pense souvent à toi dans cette situation 😉
      Cela s’est un peu apaisé avec le temps même si c’est encore difficile. La maitresse nous a dit qu’elle y ferait un peu plus attention mais je pense qu’un temps calme n’est malheureusement pas concevable pour le moment… Merci pour tes mots 🙂

      J'aime

  18. Je pense bien fort à toi et à Tess. Ici, si la première semaine a été un peu chaotique, Malo a finalement réussi à trouver son rythme. Mais je comprends bien ta tristesse et ton désarroi car je l’ai ressenti aussi : le peu d’information et de communication de la part de la maîtresse, la culpabilité, la colère également contre un système qui oblige nos enfants à être « formatés » à un seul et unique rythme alors que leurs besoins sont si différents… Même si Malo est apaisé actuellement, je garde encore un sentiment assez amer de tout ça… et j’imagine à quel point cela doit être difficile à vivre pour toi. Je n’ai pas tellement de conseils malheureusement à part communiquer avec Tess, lui expliquer… mais je suis sûre que tu le fais déjà. Et lui faire confiance car elle finira forcément par trouver son rythme même si ça doit te sembler interminable. Tu as envisagé de prendre rendez-vous avec la maîtresse ? Peut-être pas tout de suite mais après les vacances par exemple ? En tout cas plein de courage pour cette période ❤

    Aimé par 2 personnes

    • Merci pour ton commentaire. Cela s’est un peu adouci avant les vacances même si depuis la rentrée on a fait quelques pas en arrière. Je pense qu’il faudra de longues semaines voire mois pour qu’elle apprenne à apprécier mais j’y crois (ou j’espère, je ne sais pas quel est le bon mot en fait…).

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s